Tome 16 – Manifeste de la pensée divergente

16_Couv_tome16

Alors que les mouvements de houles soulèvent l’âme des bas-fonds, que tanguent les embarcations d’infortune sous l’œil du Cyclope, et que les badauds, ivres, dansent dans un nuage de poussières d’étoiles… Comment (re)trouver sa solitude au sein d’une foule de solitaires ? Comment (re)trouver en soi la place pour les pensées et les réflexions de l’Autre ?

Naviguer les méandres d’un fleuve, s’appuyer sur ses berges, s’en éloigner au gré des perspectives, des perceptions diverses. S’inventer ses propres courants. Se laisser dériver. Puis deviner l’instant d’où surgirait la conjugaison d’efforts tout aussi désirables que nécessaires au retour vers la Rive. Vers l’Autre.

Joindre le geste à la Parole. Faire le chemin inverse. Transitions, translations, traductions nous permettant de transformer en acte une idée. à contre-courant vers la même, en diagonale vers la suivante, ou celle devinée à l’horizon ; ou prendre la tangente…

En quête d’une manifestation de pensées qui penchent, fléchissent les neurones, les Faisants cherchent/trouvent leurs équilibres dans le Mouvement.

D’où la nécessité du liant humain. Ces bulles de soi qui se rencontrent, se confrontent, s’échangent, s’éloignent, se retrouvent, se partagent et l’Espace et le Temps. Ensemble. Au sein d’une Cité où se croisent ponts, passerelles, cordes tendues et mains ouvertes de funambules en équilibre sur nos cordes vocales, au risque de basculer dans le vide.

Une multitude de carrefours, de croisements, de forums, d’agoras où converge une multitude de penseurs et de penseuses, d’acteurs et d’actrices. Entre les mailles de nos différences se (re)trouvent nos points communs et nos atomes crochus.

Alors « Lecteur, participant, mine de crayon, ligne transposée, petites mains au grand Chœur participatif, réjouissez-vous du don […] l’origine est toujours là, guillemot, ton point de vue, d’ici et maintenant […] Nous sommes du même au pareil Sensible, vivants et libres. […] Au fil des mois, l’esprit de la revue s’est précisé : expérimentale, repoussant les acquis, inspirée, inspirante et plutôt dérangée. C’est dans la volonté de création sans cesse renouvelée d’étoiles que nous retrouverons l’espoir d’une vie profonde […] : un caprice ininterrompu pour la poésie. La réalité est à l’orée de l’imaginaire. […] La récupération totale de [sa] force psychique par un moyen qui n’est autre que la descente vertigineuse en [soi] » par une pente, un accès, un point d’ancrage offert par l’Autre.

Les Faisants vous invitent à vagabonder, vous conjuguer à l’infini. En tournant ces pages composées avec Amour, c’est dans un tourbillon de pensées mises en actes dans lequel vous plongez. Pour que chacun d’entre Vous, Nous, Elle, Il, Tu, redevienne Parolier de notre Geste, Acteur de nos humanités.

 

Le bon slamaritain

nuage-2

Participants

Deco_separateur